J’ai,
Une boîte de bois clair
Au couvercle de jade
Aux senteurs de lointain
Une boîte de hardes, chiffons
Poussières de rêves
Aux contours incertains.

J’ai,
Une boule de verre
Fragilement posée
En haut d’une étagère
Aux tréfonds d’un grenier
Qui dort, se désespère
De n’être visité.

J’ai, aussi,
D’autres boîtes aux couvercles
Savamment verrouillés,
Enchâssées dans des boîtes
Au sein d’une niche secrète,
Sculptée au froid poinçon,
Mécanique,
De mes peurs.

J’ai,
Un corset éphémère
Bouts de fils de fer usés
Un mannequin sur pieds.


Je suis,
- couloirs, cloisons, murailles –
Un labyrinthe
Dans un dédale égaré.


Parfois un souffle
Abroge les cloisons.
L’univers me respire
Tout est au diapason,
Me voilà, grain de sable
Poussière,
Poussière de rêve
Aux contours incertains.
Top